2ème Interview CONGO VISION - KUTINO FERNANDO

 
 
 
 
  1. CONGO VISION : Le 30 Juin 2005, le Gouvernement de transition totalisera deux ans. Quel état des lieux pourriez-vous faire ?

 KUTINO Fernando : Le peuple congolais n’est pas amnésique ni inculte. On ne peut pas parler de la transition au Congo en ne considérant que les deux dernières années. La transition en RDC a commencé depuis 1990 : La plus longue transition que le monde ait connue : 15 ans soit 2 mandats en France, 3 mandats aux USA…

Aucun, alors aucun gouvernement de transition n’a pu réaliser le rêve des congolais. Tous ne se sont préoccupé que de leurs intérêts : sauvegarder leurs acquits et se pérenniser au pouvoir en se moquant du peuple. Et le tout dernier gouvernement, celui des prédateurs demeure le pire. Aucun souci du souverain primaire. Avec ce gouvernement de transition, la RDC a fait un grand pas de géant mais dans le sens inverse. La mission principale qu’il avait, celui d’amener le peuple aux élections constitue, hélas, le dernier de ses préoccupations.

 A quelques jours de la fin de la transition, rien et absolument rien n’est fait. Rien n’a été entamé. 

  1. CONGO-VISION : Quel bilan faites-vous du Mouvement « Sauvons-le-Congo » que vous avez initié ?

 KUTINO Fernando : Le Bilan de Sauvons-le-Congo est largement positif car actuellement le mouvement est solidement implanté à travers le monde. Tout le monde nous a rejoint : même nos ennemis y compris vous-même Congo Vision. Le mouvement jouit actuellement d’un large crédit indéniable vis-à-vis des représentations des grandes nations du monde ainsi des administrations étrangères.

 Aujourd’hui le mouvement SAUVONS LE CONGO est plus fort et même très très fort.

 3. CONGO VISION : S’il fallait recommencer l’opération « Sauvons-le-Congo », que feriez-vous différemment ?

 KUTINO Fernando : Il n’y a pas à recommencer le mouvement « Sauvons le Congo » car il n’a jamais été mort. Il est là, il existe. Les ennemis du peuple qui ont pensé l’enterrer doivent déchanter aujourd’hui car ils ont permis au mouvement de se consolider, de se ramifier davantage. Donc, s’il faut assouvir votre soif et répondre à votre préoccupation par rapport au Congo, nous allons continuer là où nous nous sommes arrêté : Aider les assassins du peuple congolais qui sont au pouvoir à quitter avant qu’ils soient tous couverts d’humiliation. 

  1. CONGO VISION : L’UDPS préconise la fin de toutes les institutions de la transition le 30 juin prochain. Comment réagissez-vous à cette initiative ?

 KUTINO Fernando : Il ne faut pas prêter à un quelconque mouvement ni à un parti politique cette louable initiative du chef de l’Etat. C’est Monsieur Joseph Kabila qui l’avait lui-même déclaré solennellement à MBANDAKA et nous lui tenons esclave de sa parole.

 Pour notre part, il faudra que la parole du Président qui a force de loi (se sont les juristes qui nous l’ont appris) soit respectée. Donc il n’y a pas de crainte ni de doute possible, le Président de la république en tant qu’homme d’Etat, tiendra au respect de la parole donnée : Pas d’élections au 30 juin 05, démission du Gouvernement et par conséquent toutes les autres institutions devront déposer leurs tabliers.

 Le peuple congolais qui se reconnaît en ce mouvement Sauvons-le-Congo va aider le gouvernement à quitter le pouvoir.

 5. CONGO VISION : Quels sont les préalables à l’organisation des élections en RDC ?

 KUTINO Fernando : Dans le cas de la RDC, qui demeure un cas à part, les préalables pour l’organisation des premières élections doivent très spécifiques :

- remise du pourvoir au souverain primaire

- désarmement de tous les protagonistes car chacun continue à     entretenir une milice pour le besoin de la cause.

- constitution d’une armée, d’une police nationale

- le recensement  de la population

 Tous ceci est possible avec le concours de l’ONU qui a un personnel assez important en RDC. C’est un des pays où l’ONU a du déployer plus d’hommes et des matériels.

 6. CONGO VISION : Y a-t-il un parallélisme à établir entre la CNS et l’Accord Global et inclusif ?

KUTINO Fernando : De façon assez brève, la CNS a eu le mérite de réunir toutes les couches sociales de la société congolaise et a jeté les jalons d’une république voulue démocratique, forte et prospère ; Quant à l’accord global et inclusif, les belligérants ont trouvé une délicate et précieuse occasion de se retrouver et partager le pouvoir.

 7. CONGO VISION : Est-il possible de ressusciter le schéma de la CNS ?  

 KUTINO Fernando : Oui, il est possible de ressusciter le schéma de la CNS. Figurez-vous que le schéma de la CNS a été élaboré par des éminentes personnalités et l’élite de ce pays. Il s’est fait malheureusement que ce schéma était lié à des individus. Si on fait sa relecture de façon dépersonnalisée, on remarque tout de suite qu’il n’y a pas mieux que cette thérapeutique pour ce géant Congo malade. Avec la CNS, le Congo avait tout de même fait des avancées significatives.

Au jour d’aujourd’hui, pour amener le peuple congolais rapidement aux élections, il faudra revenir au schéma de la CNS auquel le peuple avait souscrit et fondé son espoir en y apportant certains correctifs. Que les animateurs des institutions de la transition ne soient pas des candidats aux premières élections à organiser. Que ces institutions soient confiées aux personnes intègres et de moralités irréprochables, incorruptibles et non à des personnes dont les consciences sont hyper chargées, criblées des dettes et des factures de guerre à honorer. Cette dernière race n’aimerait jamais entendre parler des élections car ne sachant quelles seront leurs issues, elles tenteront tout pour demeurer au pouvoir et payer enfin la facture de la guerre. Et tout ceci détriment du peuple.

8. CONGO VISION : Que se passera-t-il après le 30 juin 2005 ?

 KUTINO Fernando : D’abord le 30 juin 2005, il y aura passation de pouvoir entre le Gouvernement qui est incapable d’organiser les élections et le peuple. Le peuple congolais sera très émerveillé de voir le président Joseph, homme de parole et unique chef d’Etat de l’histoire du Congo, a respecter sa parole. SAUVONS-LE-CONGO sera le premier à lui présenter ses très sincères félicitations à cet effet et moi, personnellement.

Dans le cas contraire, le peuple prendra ses responsabilités à cause de la misère indescriptible dans laquelle elle est plongée depuis belles lurettes. Prolonger la transition, même d’une seconde, serait la meilleure manière de se moquer éperdument et pour la nième fois du peuple congolais dont la paupérisation a atteint le paroxysme.

 9. CONGO VISION : Etes-vous candidat aux élections présidentielles ?

 KUTINO Fernando : Il n’est pas interdit à un congolais d’avoir des ambitions même au sommet de l’Etat, qu’il soit homme de Dieu ou quelqu’un d’autres. Mais pour ma part, cela ne m’intéresse pas car dans mes conditions actuelles, je vis mieux qu’un chef d’Etat. Je me sens toujours mieux dans un rôle de régulateur que d’acteurs politiques.

 10. CONGO VISION : Quand comptez-vous rentrer au pays, Avant ou après les élections ?

 KUTINO Fernando :  Je rentre au Pays incessamment cela veut dire : Avant les élections pour mieux les surveiller.  Je voudrais être présent pour sauvegarder les intérêts du peuple congolais et par ricochet ceux de membres du mouvement Sauvons-le-Congo qui seront candidats à tous les niveaux comme tous les autres membres de la société civile. Les membres de Sauvons-le-Congo devront régenter la vie politique de notre pays. Il faudra que des hommes intègres puissent prendre le pouvoir par la voie des urnes. Je suis convaincu que le peuple congolais tranchera en sanctionnant les opportuniste et autres assoiffés du pouvoir qui n’ont besoin que du pouvoir pour le pouvoir.

 11. CONGO VISION : Avez-vous un message particulier pour le peuple congolais,

 KUTINO Fernando : Un de mes maîtres à penser, Martin LUTHER KING, disait : « Si vous avez peur de la mort, vous resterez dans l’esclavage toute votre vie, vous et vos descendants. Mais si vous choisissez l’action, vous prendrez le destin de votre avenir entre vos mains. » C’est là le message fort que je lance au peuple congolais et surtout à la jeunesse qui demeure l’espoir et l’avenir de demain.

 Que Dieu bénisse le Congo et les vrais Congolais, au nom de Jésus, Amen.

 

Copyright © SLC 2005

 

Retour accueil